Témoignage

Stage à Chamonix du 6 au 12 août

Le 15/08/2016 par Eric Gerardin et Théo Mertz

Grand voyage dans les Alpes pour cette seconde année du groupe, c’est l’occasion d’une nouvelle expérience à plus haute altitude, dans la neige (en plein été !) et de sortir de nos chères Pyrénées.

Les arrivées sont échelonnées et Axel, Théo, Stéphane et Eric arrivent 3 jours plus tôt afin de s’acclimater en bivouaquant à côté du refuge des Conscrits et de faire la traversée des Dômes de Miage( photo carte postale qui nous a donné envie de faire cette course). Cette course domine Saint-Gervais et surtout le chalet des grands-parents de Stéphane, qui sera un merveilleux camp de base pour ce séjour. Encore merci pour leur accueil !

La veille du stage, il fait mauvais dans la vallée et sûrement en altitude : David cogite, change le programme initial en fonction aussi de l’arrivée samedi en fin de matinée de Romain, Jean-Noël et Thomas. L’oncle Dav, plein de ressources,  propose aux 3 premiers de prendre la benne de l’aiguille du Midi le samedi matin, grimper dans le secteur et rejoindre le reste du groupe qui montera par Torino, au pied de l’aiguille du Géant. Il a beaucoup neigé en altitude et le programme est adapté : ce sera la voie Contamine (TD/250m) aux pointes Lachenal et un bivouac dans la salle hors-sac du nouveau refuge Torino. Tous sauf 2 courageux-téméraires-fatigués qui se couchent dès 20h30 à la belle étoile, à l’abri précaire du vent.

Dimanche, départ pour la Dent du Géant avec une grosse affluence au pied (cela sent l’heure de pointe où il faut prendre son ticket). Nous poursuivons donc par les arêtes de Rochefort intégrales avec l’espoir de bivouaquer à Canzio. Le parcours est long, il y a encore pas mal de neige et notre progression trop lente. De plus, il souffle un petit vent du Nord qui rend les moments d’attente très frais. Nous arrivons pratiquement les derniers, un peu entamés. La récupération sera difficile puisque nous sommes 17 (pour 10 places). Romain et Théo dormiront dehors dans un trou creusé dans la corniche et les autres feront les sardines dans cette boîte métallique. Ah qu’est-ce qu’on est serré, au fond de ce bivouac…chante les alpinistes !

Lundi, pas question de continuer sur la traversée des Jorasses qui est plus longue, nous optons à l’unanimité pour la descente en rappel sur le versant italien. Après une halte au refuge Boccalate et son nouveau gardien, nous dévalons sur Planpicieux où nous avions laissé une voiture. Retour à Chamonix où une journée de récupération nous attend puisqu’il fait mauvais à nouveau avec la perspective d’une petite couche supplémentaire de neige.

Mercredi, le ciel a du mal à se dégager et nous partons pour le refuge de l’Envers des Dorées par Champex, le refuge d’Orny et le passage du col Droit à l’Est des Dorées nous permet de descendre sur ce merveilleux refuge non gardé de l’envers des aiguilles dont nous avons pris la clé. Un bivouac suisse qui a tout d’un refuge 4 étoiles, où la gestion est faite de manière autonome…respect aux suisses.

Jeudi, nous partons assez tard pour l’Aiguille de la Varappe et ses voies Piola de 400m dans un merveilleux granit orangé. Car, il souffle encore ce petit vent frais de Nord-Ouest et dans la face Sud-Ouest, nous ne serons pas à l’abri. Romain et Théo partent les premiers dans c’est Mozart qu’on assassine (TD+), Jean-Noël et Thomas dans Eole danza per noi (TD), David-Stéphane et Eric-Axel dans la bien nommée Et je suis dans le vent (ED-). Finalement, l’équipement est assez rare et il y aura pas mal de recherche d’itinéraire. La descente en rappel pour les derniers se terminera à la limite de la nuit et nous serons aussi bien accueillis au refuge par des copains pyrénéens, que par 3 irascibles suisses qui ne comprennent pas qu’à 21h30, il y ait encore du bruit (alors que nous arrivons).

Vendredi matin, le temps est humide et couvert et nous partons vers 7h45 pour changer de vallée. Nous repassons le col Droit et le groupe se sépare. David-Axel se dirige vers le petit clocher du Portalet en laissant Jean-Noël au refuge d’Orny pour une énorme sieste. Romain-Stéphane et Thomas-Théo-Eric  préfèrent gravir le couloir Copt (AD) qui est en glace avec quelques centimètres de neige dessus et traverser les Dorées. Nous reviendrons pour la traversée intégrale !

Ce séjour enrichissant et varié se terminera encore une fois par un barbecue sur la terrasse du chalet familial de Stéphane, face aux Dômes de Miage, et au Mont Blanc qui rosissent au coucher de soleil. Nous terminerons dans la nuit en observant les lumières du refuge du Goûter, les frontales dans le couloir dessous et les étoiles.

https://vimeo.com/181850138






COMITE DEPARTEMENTAL HAUTES PYRENEES

Rechercher